UNGTP - Nice La Belle
Photo carouselPhoto carouselPhoto carouselPhoto carouselPhoto carouselPhoto carouselPhoto carouselPhoto carousel Précédent Suivant

Quelques mots de présentation

Le groupe folklorique « Nice la Belle » fut  créé en 1956 par mon arrière grand-père Francis Gag, homme de théâtre complet : auteur, metteur en scène, comédien et directeur de troupe. Tout commença un samedi 28 mai 1955 au restaurant de la Réserve, à Nice, où était célébré le cinquantenaire de l’association de « L’Estocaficada » en présence de Jean Médecin, député-maire. Mon arrière-grand père avait organisé, pour cet événement, un accompagnement musical et chorégraphique de la présentation des mets. Jean Médecin, ayant apprécié la prestation, lui demanda officiellement de donner le jour à un groupe folklorique : "Tu viens de nous donner la preuve que tu es pleinement qualifié pour mettre sur pied le groupe destiné à combler le vide provoqué par la disparition de Bella Nissa. Je te charge de ce soin. A toi de justifier mes espoirs. » Francis Gag en avait déjà rêvé, il ne lui fallut ensuite que quelques mois pour faire aboutir ce projet.

J’ai d’ailleurs  souvent entendu mes grands-parents dire que Francis Gag aimait rappeler le souvenir du « banquet de l’Estocaficada ».

Afin d’accomplir cette mission, il s’adjoignit le talent de l’imagier Gustav-Adolf Mossa pour élaborer les costumes. Ils s’inspirèrent de peintures du XIXème siècle pour la réalisation des tenues de pêcheurs, poissonnières, paysans, bourgeois du bord de mer et des bergers et bergères de La Brigue. Afin de composer le répertoire de musique et de danse, Francis Gag trouva ses sources dans les inventaires traditionnels. Bien sûr, cette tâche d’importance, il ne l’effectua pas seul : il s’entoura d’Emile Delpierre, compositeur et chef d’orchestre, et de Paul Durozoi, maître de ballet de l’Opéra de Nice.

C’est donc le 14 juillet 1956 que Nice la Belle naquit dans le cadre du  premier Festival International du Folklore de la Ville de Nice, Festival au cours duquel  la troupe remporta immédiatement un franc succès auprès des Niçois.

Voilà comment Francis Gag est à l’origine de ce qui est aujourd’hui une longue tradition familiale. En effet, son fils, (mon grand-père, donc) Pierre-Louis Gag, l’accompagna tout au long de sa création, jusqu’en 1966. En 1975, sa belle-fille (ma grand-mère, donc) Francine, se vu confier la présidence.  Et le fils de Pierre-Louis et Francine (mon père, donc) Jean-Luc participa lui aussi à la vie de « Nice la Belle », y dansant de 1977 à 1987.

Les objectifs de Jean Médecin étaient de représenter « notre chère cité à travers le monde » : Francine assuma sans relâche pendant trente-cinq ans ce rôle qui lui tenait tant à cœur et Nice la Belle parcourut ainsi de festival en festival la terre entière, de l’Europe au Japon et aux Amériques en passant par les Antilles. A sa disparition en 2010, Stan Palomba, danseur depuis 1988, et très proche de ma grand-mère puisqu’il la soutenait dans son action, a tout naturellement repris le flambeau afin de perpétuer l’œuvre de notre famille.

Aujourd’hui, la troupe se compose de soixante-dix membres enthousiastes, danseurs et musiciens bénévoles.

En 2011, Nice la Belle a conçu un spectacle en hommage à Francine Gag. Par ce biais, j’ai fait mon entrée au groupe, prolongeant de ce fait la tradition familiale. En effet, il m’avait été demandé d’y participer pour dire un conte en niçois. J’ai alors fait plus ample connaissance avec la troupe et, depuis le début de 2012, je danse sous les couleurs de Nice la Belle.

Comme beaucoup d’entre nous aiment à le dire, Nice la Belle est une famille, et je prévois déjà que j’en serai membre pour longtemps, dans la lignée des générations qui me précèdent.

 

Marie Gag.

Notre Galerie

Photo du groupePhoto du groupe